Le paramédical

Souvent méconnues ou cachées dans l’ombre de la filière médicale, les métiers du paramédical offrent un très large choix de débouchés.

Afficher l'image d'origine

Ces études offrent divers avantages aux étudiants qui choisissent cette voie : première il s’agit de formation très axées sur la professionnalisation. En effet, entre les nombreux stages et les programmes de cours élaborés par des professionnels, les candidats ont une vraie expérience du terrain et de la réalité. De même, ces formations font partie du système LMD ce qui offrent aux étudiants une véritable reconnaissant de leur diplôme et de meilleure option de poursuite d’études pour ceux qui le souhaitent.

 

Accessibles le plus souvent sur concours, les cursus paramédicaux sont des filières très sélectives nécessitant le plus souvent un DE (Diplôme d’état) ou un CC (Certificat de Capacité).

ADMISSION

Les formations dans le paramédical sont très sélectives. Pour les DE post-bac, le nombre de places au concours est fixé par un arrêté national. Dès novembre, les dossiers d’inscription aux concours sont à retirer dans les établissements. Les concours quant à eux commencent en mars. Même si certaines écoles se regroupent (notamment les écoles d’infirmières), il est nécessaire de présenter un concours par école que l’on veut présenter.

 

Cependant, de plus en plus d’établissements se tournent vers la PACES (première année commune des études de santé) pour recruter les candidats. C’est notamment le cas des formations de masso-kinésithérapie mais aussi de certaines écoles d’ergothérapeutes, de manipulateurs en électroradiologie et de psychomotriciens. Il existe aussi des passerelles pour rejoindre certains cursus paramédicaux après une L1 en STAPS ou en sciences de la vie.

 

Hormis infirmier et orthophoniste, les concours se concentrent majoritairement sur des épreuves de physique, chimie et biologie du programme de 1ère et Terminale. Pour les candidats le souhaitant, il existe plusieurs formules de préparation aux concours ou de remises à niveau allant du stage intensif au cours à l’année en lycée, à l’université ou en établissements privés.

NIVEAU D’ACCÈS

SANS LE BAC

Les DE sans le Bac se préparent en écoles spécialisées qui sont souvent rattachées à des centres hospitaliers. Il s’agit de formations relativement courtes, de 18 semaines à 1 an, qui permettent une intégration rapide sur le marché du travail et confère un niveau final équivalent au CAP.

 

  • Diplôme d’état d’aide-soignant : La formation d’aide-soignant est une formation en 1 an, préparant les candidats au soin, à la prévention et à l’éducation à la santé. Placé sous la responsabilité de l’infirmier, le professionnel préserve et restaure le bien-être et l’autonomie du patient.

 

  • Diplôme d’état d’ambulancier : Ce DE est une formation courte et concrète de 18 semaines préparant les candidats à la pratique sur le terrain grâce 5 semaines de stage en entreprise. Il forme à la prise en charge des personnes malades, accidentées, âgées ou handicapées lors de leur transfert en établissement hospitalier, maison de retraite ou lieu de soin. En cas d’urgence, il peut assurer les premiers soins.

 

  • Diplôme d’état d’auxiliaire de puériculture (DEAP) : Cette formation en 1 an prépare les candidats à la réalisation d’activités d’éveil et des soins visant au bien-être, à l’autonomie et au développement de l’enfant. Placée sous la responsabilité de l’infirmier ou du puériculteur, l’auxiliaire de puériculture participe également à l’accueil et à l’intégration sociale d’enfant porteurs de handicap, atteints de maladies chroniques, ou en situation de risque d’exclusion.

AVEC LE BAC

Pour les formations post-bac, s’obtiennent généralement en 3 à 5 ans dans des écoles ou instituts à l’exception des cursus d’orthophonie et d’orthoptie qui se préparent à l’université.

 

  • CC d’orthophoniste : Le CC d’orthophoniste est une formation en 5 ans conférant le grade de master pendant laquelle les étudiants apprennent la prévention, l’évaluation et le traitement des troubles de la voix, de l’articulation et de la parole.

Numerus clausus 2015-2016 : 819

 

  • CC d’orthoptiste : Il forme les étudiants pendant 3 ans à la réalisation d’actes de réadaptation destinés à traiter les anomalies fonctionnelles de la vision. Sur prescription médicale, l’orthoptiste établit un bilan qui comprend : le diagnostic, l’objectif et le plan de soin. Son travail de rééducation repose sur des actes choisis pour chaque patient et des techniques appropriées.

Numerus clausus 2015-2016 : 396

 

  • DE d’audioprothésiste : Il s’agit d’un diplôme d’état en 3 ans formant de futurs spécialistes de la correction auditive, capables de réaliser l’appareillage des déficients de l’ouïe. Cet appareillage comprend le choix, l’adaptation, et la délivrance de la prothèse auditive. Pendant toute la durée du traitement, il s’occupe d’assurer le suivi et de faire les réglages nécessaires.

Numerus clausus en 2015-2016 : 199

 

  • DE d’ergothérapeute (DEE) : L’ergothérapeute est un acteur incontournable dans le processus de réadaptation, d’adaptation et d’intégration sociale des personnes en situation de handicap ou de perte d’autonomie. Il définit un plan d’aide individualisé et propose les solutions techniques pour permettre de réaliser les actes de la vie quotidienne, de se déplacer, et d’accéder à son milieu scolaire ou professionnel. Pour cela, il doit valider un cursus en 3 ans lui délivrant le grade de licence (à condition qu’une convention ait été signée entre l’institut de formation et une université).

 

  • DE d’infirmier (DEI) : Le DE d’infirmier est une formation en 3 ans conférant le statut de licence qui forme les étudiants à devenir les collaborateurs directs du médecin, capables d’appliquer ses prescriptions, d’administrer les médicaments, de poser les perfusions, d’effectuer les prises de sang, de prendre en charge le bien-être et l’hygiène du malade, de surveiller et transmettre l’évolution de son état. Après  24 mois d’expérience en services de soins, il est possible d’exercer en libéral.

Numerus clausus en 2015-2016 : 30 844

 

  • DE de manipulateur en électroradiologie (DEMEM) : Cette formation en 3 ans apprend aux candidats à réaliser des investigations en médecine nucléaire, électrophysiologie ou imagerie médicale. Il est à la fois un technicien et un thérapeute, en effet travaillant sous les ordres d’un médecin il peut cependant anticiper le traitement.

A noter : le diplôme de technicien supérieur en imagerie médicale et radiologie thérapeutique (DTSIMRT) offre les mêmes débouchés que ce DE.

 

  • DE de masseur-kinésithérapeute : Cette formation en 4 ans accessible à Bac+1 forme à la réalisation d’actes de rééducation, d’électro-physiothérapie ou de massage, manuels ou aidés d’appareils adaptés. Dans le cadre d’un projet thérapeutique individualisé, le kiné intervient pour prévenir ou limiter les conséquences fonctionnelles, physiques, psychiques, des déficiences ou des incapacités, du début de la maladie jusqu’à la réinsertion. Il peut se spécialiser, en sport ou en thalassothérapie par exemple.

A compter de la rentrée 2016, l’admission en 1ère année sera réservée aux étudiants ayant validé une PACES (première année des études communes de santé), une L1 de STAPS, ou une L1 dans le domaine des sciences, technologies et santé. Cependant, une dizaine d’instituts devraient résister à la réforme, il faut donc se renseigner auprès de chacun.

Numerus clausus 2015-2016 : 2 632

 

  • DE de pédicure-podologue (DEPE) : il s’agit d’une formation en 3 ans préparant à la fois à la pédicurie (peau et ongles) et la podologie (structure du pieds). Le podologue pratique la rééducation postopératoire.

Les instituts et les universités sont toujours en pour-parler afin de trouver un accord pour que le DE confère le grade de licence.

 

  • DE de psychomotricien (DEPS) : Ce cursus a pour but de former en 3 ans à la prise en charge de troubles moteurs d’origine psychologique (troubles de l’attention, instabilité, maladies psychosomatiques). A la fois thérapeute et rééducateur, le « psychomot » utilise des techniques de relaxation dynamique, d’éducation gestuelle, et d’expression corporelle ou plastique. L’objectif est d’aider le patient à maîtriser son corps, à améliorer son comportement ou, mieux encore, à se débarrasser de ses troubles.

Numerus clausus 2015-2016 : 916

 

  • DE de puériculture : Le DE puériculture est une formation en 1 an accessible à Bac+3 qui se réalise après un DE sage-femme ou infirmier. Il forme des professionnels capables de répondre aux besoins de santé et d’éducation de l’enfant. Infirmier spécialisé, il peut exercer dans des secteurs très variés. Dans les maternités et les services de néonatalogie, il participe à la surveillance des nouveau-nés, assure les soins d’hygiène, d’alimentation et les soins médicaux, en collaboration avec la sage-femme. Dans les centres de protection maternelle et infantile, il joue un rôle de prévention, de protection et d’éducation auprès des familles. Dans les structures d’accueil (crèche, pouponnières), il anime et encadre une équipe de professionnels autour d’un projet éducatif.

 

  • DE de technicien de laboratoire médical : Ce cursus en 3 ans prépare à la réalisation d’analyses utilisées pour établir un diagnostic ou suivre l’efficacité d’un traitement. Sous la responsabilité d’un pharmacien ou d’un médecin biologiste, le technicien est également chargé d’assurer la maintenance des appareils et de mettre au point des protocoles. Dans l’industrie pharmaceutique, cosmétique ou agroalimentaire, ils effectuent des analyses et des tests de contrôle des produits. La profession ouvre également à d’autres secteurs : police technique et scientifique, services centraux de laboratoire…

A noter: Les BTS analyses de biologie médicale et DUT génie biologique, option analyses biologiques et biochimiques offrent les mêmes débouchés que le DE.

 

  • Diplôme d’ostéopathe : Le DO est un certificat d’école délivré par des établissements agréés par le Ministère de la santé après un cursus en 5 ans comprenant près d’1/3 de pratique. Les étudiants doivent en effet valider 150 consultations complètes. Il forme des professionnels capables de diagnostiquer et traiter, par les mains, les zones de blocage et les tensions des tissus du corps, qui peuvent entraîner des troubles fonctionnels.

LES AUTRES FORMATIONS DU PARAMÉDICAL

Le DE et les CC ne sont pourtant pas les seules formations à la disposition des étudiants. Dès la 3ème, les Bacs pro offrent la possibilité aux collégiens de se spécialiser en prothésiste dentaire ou en opticien-lunetier. Il s’agit d’une formation conférant le niveau bac en 3 ans (22 semaines en entreprise).

  • Bac pro prothèse dentaire : Le titulaire du bac pro analyse la prescription du dentiste, conçoit un modèle d’étude ou une empreinte puis réalise une maquette grâce à des logiciels spécialisés.

Même si l’objectif premier du bac pro est l’insertion professionnelle, le titulaire peut envisager de poursuivre ses études vers le BTS prothésiste dentaire ou un diplôme de la chambre des métiers (BTM) en 1 an dans le cadre d’un contrat d’alternance, suivi d’un brevet technique des métiers supérieur en 2 ans. Ces formations supplémentaires permettent d’accéder à des postes conférant plus de responsabilités.

  • Bac pro optique lunetterie : Assistant de l’opticien lunettier, le titulaire travaille essentiellement en magasins d’optique. Il s’occupe de la conception, la réalisation, le montage, le contrôle et la maintenance des équipements optiques. Il est aussi apte à effectuer les analyses préalables à l’examen de vision réalisé par l’opticien. Il peut aussi travailler en entreprise fabriquant des produits destinés aux professionnels de la vision.

Sous condition d’un très bon dossier ou d’une mention, les étudiants peuvent poursuivre leur formation en BTS opticien lunettier.

 

De plus, de plus en plus de bacheliers choisissent l’option du Brevet Professionnel (BP) de préparateur en pharmacie. Il s’agit d’une formation en 2 ans conférant un niveau bac ou équivalent. Le préparateur en pharmacie travaille sous les ordres du pharmacien, il traduit les ordonnances pour délivrer les médicaments. Il peut aussi réaliser quelques préparations de produits pharmaceutiques et participe à la gestion du stock. Bien qu’ils choisissent généralement la pharmacie commerciale pour la relation avec les clients, les titulaires peuvent aussi travailler en pharmacie hospitalière ou dans l’industrie.

 

Les formations en alternance d’assistance dentaire sont aussi de plus en plus prisées par les étudiants et les employeurs. Cette formation en 2 ans aboutit à un niveau d’étude équivalent au bac.

 

Après le bac, les étudiants ont également le choix entre 6 différents BTS (brevet de technicien supérieur).

  • BTS diététique : Ce cursus en 2 ans prépare des professionnels de la nutrition. il veille à la qualité des aliments, à l’équilibre nutritionnel, au respect des règles d’hygiène, et élabore des menus. Il intervient à titre informatif, préventif et de soins. Il travaille en libéral, en hospitalier, dans des établissements scolaires ou des maisons de cure et maisons de retraite.

Sous condition, les étudiants peuvent poursuivre en licence professionnelle (en agroalimentaire spécialités hygiène et sécurité des productions agro-alimentaires, sécurité et prévention du risque alimentaire, nutrition appliquée…), en licence de biologie ou d’agroalimentaire, ou en CPGE écoles d’ingénieurs.

  • BTS opticien-lunetier : Ce BTS en 2 ans forme des professionnels de santé avec des compétences à la fois scientifiques, techniques et commerciales. Il propose des équipements répondant au profil et aux attentes des clients tout en respectant la prescription et la morphologie du visage. Avec un très bon dossier ou une mention à l’examen, une poursuite d’étude est envisageable en licence professionnelle métiers de l’optique ou optique professionnelle, en classe préparatoire aux grandes écoles ou dans certaines écoles d’ingénieur.
  • BTS podo-orthésiste : Cette formation en 3 ans apprend aux étudiants à réaliser l’appareillage du pied dans son intégralité. Il conçoit des chaussures ou semelles orthopédiques et peut jouer un rôle de conseil lors du choix de l‘appareillage. Après sa formation, il peut travailler en indépendant ou en hôpitaux, en entreprises, en centres d’appareillage. Il peut aussi continuer sa formation vers un BTS prothésiste-orthésiste.
  • BTS prothésiste dentaire : Après 2 ans de formation, le prothésiste dentaire est capable conçoit et fabrique tous types de prothèses (bagues, appareils dentaires, couronnes). Il supervise la production aussi bien sur le plan humain que matériel.
  • BTS prothésiste-orthésiste : Pendant 3 ans les étudiants de ce BTS apprennent à devenir des spécialistes de l’appareillage orthopédique (prothèses ou orthèses). Cette formation peut être complétée par un BTS podo-orthésie.
  • BTS analyses de biologie médicale : Cette formation en 2 ans forme des techniciens biomédicaux ou d’analyses biomédicales sous condition d’admission (bac correspondant à la spécialité du BTS). Il accueille le patient, réalise des prélèvements biologiques et prend en charge les examens. Avec un très bon dossier, une poursuite d’études est possible en licence professionnelle (dans les domaines de l’agroalimentaire ou des industries pharmaceutiques), en licence générale de biologie ou de chimie, ou en classe préparatoire ATS.

À noter: Le DE de technicien de laboratoire médical et le DUT génie biologique option analyses biologiques et biochimiques offrent les mêmes débouchés.

Enfin, l’université propose un DUT génie biologique se déclinant en 6 options dont notamment diététique et analyses biologiques et biochimiques.